Née en 1950, l’Artiste peintre Renée Bally est venue au monde dans le canton de Vaud en Suisse, qu’elle n’a jamais quitté.
Sa scolarité terminée, elle se dirigea vers des études de comptabilité. Un métier de survie, comme elle aime à le plaisanter.

D’un mariage en 1971, naquirent deux enfants, une fille, puis un garçon qui sont toute sa fortune.
Dès sa plus tendre enfance, elle occupait ses loisirs à la confection de vêtements pour ses poupées et pour elle-même. Tricot, crochet, couture, tout lui était bon pour des créations originales. Par la suite, pendant la période consacrée à l'éducation de ses enfants, elle reporta sur les membres de sa famille ses dons de créatrice vestimentaire.
En 2001, après avoir emménagé, seule, sur le site idyllique du Moulin de Bavois, dressé dans une clairière entourée de forêt en bordure de la rivière « Le Talent », une envie de création s’imposa à elle.
Elle commença par prendre des cours de modelage. Corps d’hommes et de femmes prirent rapidement formes sous ses doigts agiles.
Toutefois, ce n’est qu’en 2002, peut-être pour l’aider à surmonter un dur passage de sa vie, que son inconsciente passion pour la peinture est devenue évidence.
Deux genres vont d’emblée cohabiter pour nous emmener, l’un vers l’érotisme noir-blanc, l’autre vers des paysages aux horizons lointains, un peu surnaturels, inspirés de ses nombreux voyages en Camargue.
Admirative de la beauté esthétique des corps, instinctivement sa peinture a très vite trouvé sa voie dans le nu. Sa sensualité trouve son compte dans la réalisation de corps d’hommes, de femmes et de couples. Dès lors, son objectif est d’attirer les regards sur l’érotisme que ses toiles ne manquent pas de faire naître en chacun d’entre nous.
Pour ce faire, elle a choisi de travailler en noir et blanc, en jouant, avec seules, les zones d’ombre et de lumière, à l’instar de la photographie noir-blanc, qu’elle affectionne tout particulièrement.
Huile sur toile -parfois bois ou carton- et pinceaux sont ses uniques outils de travail. Parmi toutes les diverses techniques de peinture, elle privilégie l’huile, dont la noblesse et l’onctuosité se marient au mieux avec la sensualité et l’érotisme.
Au fil du toucher des pinceaux caressant la toile vierge, apparaissent, en pleine luminosité, des corps pudiques sortant de l’ombre…
Amoureuse des grands espaces, des horizons sans fin, comme de nombreux artistes, elle peint et repeint la Camargue, encore et encore. Ce pays, aux couleurs particulières et changeantes, enchante son âme. Blanc, bleu, rose, mauve et souvent ocre et gris de sécheresse. Ce reste de «vrai», elle le peint désert de toute vie humaine. Elle y retrouve des sensations, des ressentis d’autrefois. Là-bas, elle a renoué avec ses racines enfouies depuis plus de deux siècles…
Puis en 2010, lors d'une promenade avec sa chienne dans la forêt environnante, instant privilégié propice à mille pensées créatrices dans le silence de la nature, une idée nouvelle s'imposa à elle : pourquoi ne pas allier ses passions ? Très vite un mannequin stylisé se dessina dans sa tête.
Elle photographia sa fille dans différentes positions et inventa des vêtements réalisables en tricot. Délaissant, pour cette série, l'huile pour l'acrylique, elle décida de 3 couleurs contrastantes pour une mise en valeur sonore ! Il ne lui restait plus qu'à trouver la manière de fixer le tricot sur la toile : de la résine transparente. Et depuis, elle ne cesse de penser à d'autres modèles, d'autres mannequins, d'autres couleurs...
Bavois, avril 2013
Expositions :
Pôle d'Exposition Sud Côte-d'Azur TALENTS DES ARTS D'AUJOURD'HUI – Janvier 2012
Europa 102 à Paris, décembre 2005
Saint-Jean-de-Monts en Vendée, juillet 2004